Rechargeons nos batteries!

De nos jours, posséder un véhicule électrique (VE), ce n’est pas plus compliqué que d’avoir un véhicule à essence. En fait, on pourrait même faire valoir que, du point de vue de « l’alimentation », c’est plus facile. Avec un véhicule à essence, on doit arrêter à une station-service pour faire l’appoint ou le plein d’essence alors qu’il suffit de brancher un VE pour obtenir le même résultat.

On peut recharger un véhicule électrique en utilisant une simple prise de courant murale ou une borne de recharge. Le terme général utilisé pour les désigner est « matériel d’alimentation pour véhicules électriques ». Le temps nécessaire à une recharge complète varie en fonction de trois facteurs : la capacité du véhicule en ce qui a trait à la vitesse de recharge; le niveau – ou la vitesse – de la borne; ainsi que la capacité et le niveau de charge de la batterie. À l’heure actuelle, on trouve au Canada trois types de recharge pour les véhicules électriques. La recharge de niveau 1 se fait dans une prise de courant ordinaire. Tous les VE sont fournis avec un cordon électrique qui se branche dans une prise de courant murale ordinaire. Plus lent que les autres, ce type de recharge est celui qui sollicite le moins le service d’électricité. En outre, il permet de toujours recharger votre véhicule, peu importe où vous vous trouvez. La plupart des utilisateurs rechargent leur véhicule à la maison. Selon les sondages, la recharge à la maison comble de 60 à 80 % des besoins dans le domaine. La majorité des gens branchent leur véhicule électrique la nuit, parce que la recharge prend passablement de temps et que les tarifs d’électricité sont les plus bas à ce moment. De façon générale, les déplacements en ville ainsi qu’entre la maison et le travail ne mettent pas une batterie à plat. C’est pourquoi il suffit de brancher le véhicule la nuit pour le lendemain.

La recharge de niveau 2 devient de plus en plus répandue à mesure que les propriétaires de VE installent une borne de recharge à leur domicile et que de nombreuses entreprises en mettent à la disposition de leurs employés ou de leurs clients. Les exigences électriques applicables aux bornes de niveau 2 sont similaires à celles d’une cuisinière ou d’une sécheuse. Ces bornes prendront de trois à huit heures pour recharger pleinement un VE. Plusieurs provinces offrent des subventions pour faciliter l’achat des bornes de recharge, ce qui en fait une option abordable pour les propriétaires d’habitation et les entreprises. La province de l’Ontario offre des subventions correspondant à 50 % du prix d’achat d’une borne résidentielle (jusqu’à concurrence de 500 $) et à 50 % du coût de l’installation (jusqu’à concurrence de 500 $). Bien entendu, il est très important d’en confier l’installation à un entrepreneur en électricité qualifié pour assurer la sécurité et la conformité au Code de sécurité relatif aux installations électriques et au Code du bâtiment.

La recharge dans les lieux publics devient plus accessible à mesure que des entreprises mettent des bornes à la disposition de leurs employés et de leurs clients et que le réseau de bornes de recharge publiques continue de prendre de l’expansion. Après la recharge à la maison, la recharge en milieu de travail est la deuxième option privilégiée par les propriétaires de véhicule électrique. Outre cette option, le réseau de bornes de recharge publiques dans les villes et le long des grandes routes ne cesse de progresser. Ainsi, ceux qui n’ont pas de garage ou qui habitent dans un complexe où la consommation d’électricité dans les parties communes est réglementée peuvent recharger leur véhicule grâce aux bornes publiques. Les bornes de niveau 2 sont les plus répandues, mais le nombre de bornes de niveau 3 va en augmentant. Pour recharger à 80 % ou plus une batterie à plat, ces « bornes de recharge rapide » prendront de 30 à 45 minutes. Elles sont répandues le long des grandes routes. Il s’agit en quelque sorte d’un type de station-service permettant de recharger un véhicule électrique lorsque l’on parcourt de longues distances.

Les bornes de recharge publiques appartiennent à différents propriétaires, qui les offrent gratuitement ou selon un tarif établi en fonction de l’utilisation. Quel que soit le cas, ils peuvent exiger que les utilisateurs s’inscrivent au programme de leur réseau pour y avoir accès. On trouve aussi des bornes sur des terrains de stationnement payants. Le coût pour la facturation à l’utilisation varie d’un endroit à l’autre, car il n’existe actuellement aucune norme dans l’industrie. De façon générale, le prix de la recharge à une borne de niveau 2 correspond à un tarif forfaitaire de 2,50 $ ou à un tarif horaire de 1 $. Pour la recharge à une borne de niveau 3, le tarif se chiffre en moyenne à 15 $ l’heure. Il devient plus facile de trouver des bornes de recharge publiques, car de nombreux sites Web, comme celui de la CAA, proposent des cartes et des listes consultables.

Toute cette information concernant la recharge pourrait vous porter à croire que les VE conviennent uniquement aux déplacements sur de courtes distances ou à la circulation en ville. C’est tout à fait faux! Comme je l’ai mentionné, on trouve des bornes de recharge de niveau 3 le long des grandes routes partout au Canada et ce réseau ne cesse de prendre de l’expansion. Il est important de planifier ses déplacements en fonction des nombreuses bornes de recharge en cours de route, mais c’est la même chose pour les autres véhicules : une panne d’essence n’a rien de réjouissant! En consultant l’information en ligne, par exemple sur le site Web de la CAA, vous pouvez noter les emplacements, les tarifs et la disponibilité des bornes de recharge sur votre trajet. À mesure que la technologie des VE évolue, l’autonomie des batteries continue de s’améliorer, ce qui permet de parcourir de plus longues distances sans recharger le véhicule. Grâce aux nombreux sites de recharge publics dans les villes et en bordure des grandes routes, on peut très bien faire un excellent voyage en conduisant un véhicule électrique. Alors, attachez votre ceinture! 

Chroniques et articles de fond concernant Hydro Ottawa, notre industrie et notre communauté.