COVID-19 : effets sur la consommation d’énergie

En quelques mois à peine, le monde s’est transformé sous le joug de la pandémie de COVID-19 et, par le fait même, notre mode de vie a aussi changé.

Nos habitudes et routines ont été immensément chamboulées. Au Canada, le confinement imposé par les provinces et les villes ont empêché les gens de quitter la maison, d’exploiter leur entreprise ou de s’adonner à leurs activités et loisirs habituels. L’état d’urgence a dicté de nouvelles règles : seules les entreprises considérées essentielles pourraient continuer de fonctionner, tandis que les employés des entreprises non essentielles devraient faire du télétravail, si possible.

Certes, ce long confinement a des conséquences, notamment l’émergence de nouvelles tendances de consommation d’énergie. Non seulement les Canadiens consomment moins d’électricité, ils l’utilisent aussi différemment. Les entreprises d’hydroélectricité observent des réductions considérables de la demande sur leur réseau. En Ontario, par exemple, la consommation totale d’électricité a diminué de 10 % à 12 % (en anglais seulement). Les distributeurs estiment que ce déclin devrait se poursuivre tant que le confinement demeure en vigueur. La demande d’énergie des clients commerciaux a aussi grandement décru. À preuve, la consommation d’électricité des petites entreprises a chuté de 8 % à 12 % (en anglais seulement) tandis que la demande en périodes de pointe a baissé dans une proportion de 14 % à 17 % (en anglais seulement). Comme de nombreuses entreprises ont interrompu leurs activités ou se sont ajustées pour que leurs employés fassent du télétravail, ces données ne sont pas étonnantes. Et compte tenu de la multitude de personnes confinées à la maison tout en travaillant, en étudiant et en s’occupant de leurs proches, on constate une légère hausse de la demande d’électricité des clients résidentiels. En effet, la consommation résidentielle s’est accrue de 4 % (en anglais seulement), et la demande en périodes de pointe a augmenté de 2 % (en anglais seulement). D’où la question suivante : comment, précisément, la COVID-19 transforme-t-elle les habitudes et modes de vie des consommateurs sur le plan de l’empreinte énergétique?

À la fin d’avril, Hydro Ottawa a demandé à ses clients de se prononcer sur Twitter. Dans une série de sondages ayant généré plus de 1 800 votes, les répondants ont révélé les changements ci-après dans leurs habitudes de consommation d’énergie durant le confinement imposé par la COVID-19 :

  • 80,3 % des gens chargent plus leurs appareils mobiles
  • 72,1 % font plus de boulangerie et pâtisserie (clin d’œil aux amateurs de bon pain maison)
  • 82,6 % commandent moins de mets à emporter
  • 58,3 % jouent plus à des jeux vidéo
  • 55,3 % font moins de lavage

Ces résultats sont conformes à des données compilées par des analystes d’Hydro Ottawa.

En comparant avril 2020 à avril 2019, Hydro Ottawa a constaté une hausse plus faible – et moins intense – de la consommation d’électricité en matinée, la pointe de consommation étant même retardée de quatre heures. Les routines matinales semblent se démarquer le plus fortement sur le plan de la consommation d’énergie, indiquant un rythme collectif plus lent à démarrer la journée. En gros, on observe également une réduction de 11 % de la consommation d’énergie horaire moyenne pendant la semaine et une diminution de 10 % de la consommation horaire moyenne durant la fin de semaine. Cependant, il y a une exception prévisible : les hôpitaux, qui affichent une hausse de 3 % de leur consommation d’électricité. #MerciAuxTravailleursDePremièreLigne

Durant cette lutte que chacun espère être à court terme, l’émergence de ces habitudes de consommation d’électricité nous amène à nous interroger sur ce qui pourrait devenir la nouvelle normalité en ce qui a trait à nos routines quotidiennes et à notre empreinte énergétique à long terme.

La nouvelle tendance dans les habitudes de consommation d’énergie pourrait servir de tremplin vers une façon plus durable d’utiliser l’électricité, et ce, pour les consommateurs, les distributeurs et le secteur énergétique, notre pays et bien au-delà. D’ailleurs, depuis que les mesures de confinement sont en place, les experts observent déjà une réduction des émissions de carbone à travers le monde.

Toutefois, la transformation de notre empreinte énergétique exige un effort collectif. Dans un récent article publié sur GuelphToday (en anglais seulement), le directeur général de eMerge, Evan Ferrari, déclare ceci : « Si tout le monde fait son lavage, utilise le lave-vaisselle et fait la cuisine exactement en même temps […], nos émissions de CO2 explosent. Dans une perspective de changements climatiques, on parle ‘d’écrêtage des pointes’. Si on peut écrêter – déplacer – la consommation d’électricité en dehors des pointes, on réduit les combustibles fossiles qui sont brûlés. »

Alors qu’on vise à « aplatir la courbe » de consommation de l’électricité en périodes de pointe, les services publics comme Hydro Ottawa auront un rôle important à jouer. Ce rôle consistera notamment à sensibiliser davantage la population aux pratiques d’économie d’énergie au fur et à mesure que de nouvelles habitudes se forment, de sorte que les consommateurs sentent qu’ils ont le contrôle sur leur consommation et sur le rôle qu’ils jouent dans la transformation de l’empreinte énergétique collective. Les distributeurs d’électricité devront également s’adapter en apportant des changements en réponse aux nouvelles demandes et tendances en matière de puissance à fournir et en investissant dans des solutions d’énergie propre et renouvelable. De plus, de nouvelles infrastructures pourraient être requises pour répondre aux besoins d’un nombre croissant de gens qui font du télétravail (et qui continueront après la fin du confinement). Il faudra peut-être aussi revoir les modes actuels de stockage et de distribution de l’électricité. Au cœur de ces changements, il sera primordial d’adopter de nouveaux processus, par exemple pour tirer parti de l’automatisation et des technologies émergentes et pour minimiser les contacts entre les personnes, le tout en assurant un approvisionnement en électricité sécuritaire et fiable pour garder les collectivités – et les gens – connectés.

Quels que soient les moyens requis, Hydro Ottawa mise sur l’avenir tout en veillant aux meilleurs intérêts de ses clients et de la région, et en privilégiant la durabilité environnementale.

Entre-temps, voici quelques infographies pour vous aider à maximiser chaque dollar que vous dépensez sur l'électricité :

Dollary a Day Infographic

Working from Home Inforgraphic

Vos commentaires
Close