Plan énergétique d’Ottawa 2050 : science et non fiction

Imaginez un avenir pas trop lointain dans lequel Ottawa sera alimenté à 100 % par de l’énergie propre et renouvelable et où presque tous les véhicules sur la route seront électriques, le tout résultant en zéro émission de gaz à effet de serre (GES). Cette « utopie » ne relève pas de la science-fiction, mais plutôt d’un ambitieux plan d’action que la Ville entend réaliser d’ici 2050.

Mais avant de nous projeter trop loin dans le futur, retournons dans un passé relativement récent : le 24 avril 2019. C’est à cette date que le conseil municipal a officiellement déclaré l’état d’urgence climatique et annoncé qu’il accélérait les travaux de son Plan directeur sur les changements climatiques, de sa Stratégie de résilience climatique et d’un projet spécial appelé Évolution énergétique.

Le principal objectif du plan d’action Évolution énergétique consiste à effectuer une analyse de l’approvisionnement et de la demande en énergie à Ottawa et à collaborer avec des partenaires de la collectivité pour faire progresser la conservation de l’énergie, l’efficacité énergétique et la production d’énergie renouvelable dans leurs propres secteurs de contrôle et d’influence. Hydro Ottawa compte parmi ces partenaires communautaires.

Cibles de réduction des GES

Selon la Fédération canadienne des municipalités, environ 50 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada sont générées par les municipalités. Ce qui veut dire qu’ici même, à Ottawa, nous avons le pouvoir de faire des changements considérables sur le plan de nos émissions. En s’attaquant aux changements climatiques au niveau municipal, nous pouvons améliorer notre qualité de vie, aider l’environnement et économiser pas mal d’argent en frais d’exploitation et d’énergie.

En se fondant sur l’analyse des GES, la Ville d’Ottawa a déterminé qu’environ 75 % des émissions de GES de la municipalité proviennent des secteurs de l’habitation et du transport. Autrement dit, il s’agit essentiellement du chauffage et de la climatisation de nos maisons et des moyens que nous prenons pour nous déplacer.

Armé de cibles et de stratégies claires et précises, Ottawa vise à réduire les émissions de GES de 43 % d’ici 2025, de 68 % d’ici 2030, de 96 % d’ici 2040 et de 100 % d’ici 2050, et ce, à la grandeur du territoire. Les cibles fixées par la Ville pour ses propres opérations sont encore plus ambitieuses : réduction des émissions de GES de 100 % d’ici 2040. Andrea Flowers, gestionnaire principale de projet au service de génie de la Ville d’Ottawa, admet que pour atteindre les cibles à court et à moyen terme, il faudra compter sur une collaboration, des investissements et un engagement sans précédents dans l’ensemble de la collectivité. Andrea est optimiste, mais elle sait aussi que ce sera difficile.

« Pour atteindre les cibles établies, les investissements nécessaires au cours des 10 prochaines années seront les plus élevés », souligne Andrea. « Mais la bonne nouvelle, c’est que notre analyse financière indique qu’il y aura un gain net pour la société dans son ensemble à partir des années 2030, probablement autour de 2032, lorsque les économies annuelles nettes et les revenus générés commenceront à compenser les investissements annuels requis. »

Ouvrir la voie

La transition vers le « zéro émission » doit passer par des progrès constants, étape par étape. Andrea précise d’ailleurs que la Ville d’Ottawa innovera en donnant l’exemple. Pour cette raison, la Ville entend transformer son parc de véhicules et ses opérations de manière à produire zéro émission de GES d’ici 2040.

« Pour vous donner une idée de la portée de notre plan, nous allons graduellement éliminer le recours à presque tous les carburants fossiles comme l’essence, le gaz naturel et le diesel », affirme Andrea. « Il va falloir mettre entièrement à niveau les systèmes de chauffage et de climatisation de nos immeubles et passer à des modes de transport ne générant aucune émission – de notre parc de véhicules jusqu’au réseau de transport en commun. »

Pour certains, cette vision peut sembler sortie tout droit d’un magazine de science-fiction douteux. Rappelons toutefois que ce n’est qu’en septembre dernier que le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, a signé un décret exigeant que tous les nouveaux véhicules et camions vendus dans l’État à compter de 2035 ne produisent aucune émission de GES. La France, le Royaume-Uni et la Chine ont adopté des mesures semblables visant à interdire les moteurs à combustion interne.

Hydro Ottawa : un service public intelligent, tourné vers l’avenir

Andrea souligne que le plan Évolution énergétique traite de la nécessité fondamentale d’élargir l’infrastructure adaptée aux véhicules électriques (VE) à Ottawa. Comme Hydro Ottawa compte plus de cent ans d’expertise en réseaux d’électricité, en gestion d’installations de production d’énergie renouvelable et en projets de réaménagement énergétique, l’entreprise est en mesure de soutenir plusieurs volets des plans énergétiques de la Ville, y compris les offensives liées aux VE.

Depuis 2016, Hydro Ottawa a converti pour la Ville d’Ottawa plus de 50 000 lampadaires à la technologie DEL. Résultat : une réduction de 60 % de la consommation d’électricité et une diminution des émissions de CO2 de 1 000 tonnes métriques par année.

Comme l’une des composantes du plan Évolution énergétique consiste à accroître l’approvisionnement en énergie renouvelable au moyen de la production locale et régionale, Hydro Ottawa est très fière de jouer un rôle dans la transformation énergétique de la ville.

D’ailleurs, Hydro Ottawa a déjà pris une longueur d’avance : elle est le plus important producteur d’énergie verte appartenant à une municipalité en Ontario. Avec 128 mégawatts d’énergie propre et renouvelable, nous produisons suffisamment d’électricité pour alimenter 107 000 foyers (ou un tiers de nos clients), et ce, grâce à nos installations hydroélectriques et solaires ainsi qu’à nos centrales de récupération des gaz d’enfouissement.

Deux de nos centrales de production hydroélectrique situées sur la rivière des Outaouais, du côté québécois, sont en train d’être remises à neuf en vertu d’un nouveau contrat d’achat d’électricité de 40 ans visant à acheminer en Ontario davantage d’énergie propre et renouvelable.

De plus, nous avons annoncé ce mois-ci notre partenariat avec Zibi et Produits Kruger, qui consiste à mettre en place un système énergétique de quartier – zéro carbone – sur le site de 34 acres de la communauté Zibi, donnant ainsi naissance à un service public innovateur nommé ZCU (pour Zibi Community Utility).

À Hydro Ottawa, nous croyons qu’il est de notre responsabilité de contribuer à atteindre les objectifs de la Ville en matière de changements climatiques et de répondre aux besoins en énergie de notre collectivité et à ses attentes sur le plan environnemental.

En savoir plus

Andrea encourage les citoyens à participer aux efforts entrepris, à visiter le site Web de la Ville pour se renseigner sur ses plans d’action et à s’abonner à son infolettre. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur Évolution énergétique et notre entretien avec Andrea Flowers, écoutez l’épisode de balado ThinkEnergy (diffusion en anglais seulement) en cliquant ici.

Was this page useful container
Vos commentaires
Close