Est-ce que les enfants vont bien?

Comme j’ai trois filles, je peux comprendre la peur que les parents doivent ressentir lorsqu’un de leurs enfants souffre d’un problème de santé mentale. Pour cette raison, il faut continuer de parler ouvertement de santé mentale et mettre fin aux préjugés dès que possible.

Si mes filles devaient être aux prises avec un problème de santé mentale, je ne veux pas qu’elles souffrent en silence. Mais comme je suis leur père, je sais que je ne suis peut-être pas la première personne à qui elles s’adresseraient pour avoir de l’aide. En fait, je ne suis peut-être même pas la bonne personne pour aider. Ces mots sont difficiles à écrire, mais je sais que certains parents ont déjà eu des choses beaucoup plus difficiles et déchirantes à exprimer.

Ce qui m’amène à un point crucial : vers qui nos enfants se tournent pour obtenir de l’aide, ce n’est pas très important. Ce qui compte cependant, c’est de s’assurer que de l’aide soit à leur portée lorsqu’ils en ont besoin. C’est pourquoi nous devons continuer à soutenir nos organismes locaux, les professionnels de la santé mentale et les programmes.

Avant même mes débuts à Hydro Ottawa, l’objectif sous-jacent de notre mission et de nos investissements était déjà centré sur la jeunesse. Nous sommes déterminés à améliorer les perspectives pour les générations à venir. Pour cette raison, nous tenons absolument à orienter nos investissements et nos parrainages communautaires de manière à nous occuper des enjeux que vivent les enfants et les jeunes de notre territoire de service – et à éliminer des obstacles.

Quelle que soit notre profession ou notre domaine d’activité, nous devrions tous veiller à ce que les enfants aillent bien.

À cet égard, Hydro Ottawa privilégie une approche globale. En voici quelques exemples : faire face aux changements climatiques au moyen de nos initiatives d’énergie renouvelable; donner un coup de pouce en éducation par l’intermédiaire de nos programmes de stages; veiller à ce que les jeunes soient initiés à la sécurité électrique dès leur jeune âge grâce à nos présentations gratuites dans les écoles; combattre la faim chez les jeunes à l’aide du programme de lunchs d’été de la Banque alimentaire d’Ottawa; participer à la célébration de la diversité et de l’inclusion aux événements de Fierté dans la capitale. Bref, comme entreprise, nous avons la jeunesse dans la peau.

Compte tenu qu’un jeune sur cinq en Ontario est aux prises avec un problème de santé mentale et que le suicide est la deuxième principale cause de décès chez les Canadiens âgés de 10 à 24 ans, nous savons – en tant qu’entreprise communautaire – que nous avons la responsabilité d’aider si nous le pouvons.

Avec la pandémie de COVID-19, la campagne annuelle Bell Cause pour la cause revêt peut-être plus d’importance que jamais. Les enfants et les jeunes font face à un isolement sans précédent et à des défis inimaginables sur le plan de la santé mentale. Pour cette raison, nous faisons équipe avec le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) – l’un des plus importants prestataires de services en santé mentale pour les jeunes et leur famille en Ontario – et nous leur remettons 30 000 $ pour soutenir ses programmes de santé mentale à l’intention des jeunes.

Les fonds proviennent de la campagne d’inscription à la facture en ligne d’Hydro Ottawa, qui encourage les clients à bénéficier des avantages de la facturation électronique. Nous avons décidé de faire don de ces fonds dès maintenant, car parfois les besoins sont immédiats. Et aujourd’hui, nous avons réellement ce sentiment d’urgence.

Bien entendu, il y a beaucoup d’organisations et de programmes formidables à soutenir, mais nous avons choisi le CHEO parce qu’il est un chef de file dans son domaine. De plus, il est bien placé pour dispenser des soins accessibles à tous les résidents de la province au moyen de l’Assurance-santé de l’Ontario. 

En matière de santé mentale, comme le démontre si bien la vidéo de la campagne Bell Cause pour la cause, maintenant plus que jamais, chaque geste compte.

Plusieurs mois difficiles sont encore devant nous, alors pensez à « causer » souvent avec vos collègues de travail, vos amis, votre famille et vos enfants.

 

 

Was this page useful container
Vos commentaires
Close