Voyage dans le réseau d’électricité : de la création jusqu’à vous

Un peu comme dans l’émission de télé canadienne « Comment c’est fait », nous vous entraînons dans une aventure électrisante pour mieux comprendre le voyage de l’électricité. On y pense rarement lorsqu’on actionne un commutateur pour allumer des lumières, alors voyons ce qui rend possible cette illumination.

Si vous nous avez suivis le mois dernier, vous vous rappellerez que nous avons traité des postes de transformation et de leur fonctionnement – un passage essentiel lors du voyage de l’électricité. Ce mois-ci, nous soulignons le Mois national de l’électricité en vous proposant un résumé de l’ensemble du processus : comment l’électricité est créée, comment elle voyage à partir de son lieu de production et comment elle alimente votre maison ou votre entreprise.

Bouclez votre ceinture, on décolle!

Rampe de départ : l’étape de la production

Pour que l’aventure puisse commencer, il faut d’abord que l’électricité soit fabriquée. Avec sa filiale Portage Énergie, Hydro Ottawa possède et gère une partie de l’énergie produite pour alimenter notre capitale nationale, notamment grâce à six centrales hydroélectriques situées aux chutes de la Chaudière, tant du côté ontarien que québécois. Le reste de l’électricité nécessaire à la ville provient du réseau provincial de l’Ontario. Cette électricité est produite de différentes manières en fonction des sources exploitées en Ontario (énergie éolienne, solaire, etc.).

La durabilité environnementale est un aspect clé à l’étape de la production. Au total, Hydro Ottawa a une capacité de production verte de 128 mégawatts (MW), soit suffisamment d’énergie propre pour alimenter 107 000 habitations par année (ou un tiers de la ville d’Ottawa). Cette infrastructure de production verte est composée de 16 installations hydroélectriques au fil de l’eau situées en Ontario, au Québec et dans l’État de New York, de huit grandes installations solaires et de deux centrales de production d’énergie à partir des gaz d’enfouissement.

Les barrages hydroélectriques produisent de l’électricité en contrôlant l’écoulement de l’eau retenue dans un réservoir. Lorsque cette eau est libérée du barrage, elle passe dans une turbine, créant ainsi de l’énergie cinétique. À la centrale de production des chutes de la Chaudière, l’eau passe dans quatre turbines. Lorsque les aubes de ces turbines tournent, elles alimentent un alternateur qui convertit l’énergie cinétique en énergie mécanique.

Vol long-courrier : l’étape du transport

Comme mentionné dans notre article sur les postes de transformation, l’électricité est produite à une tension relativement basse. Afin de compenser les pertes d’énergie qui peuvent survenir lorsque l’électricité parcourt de longues distances, l’escale suivante de l’électricité consiste à passer par un poste de transformation « élévateur », qui augmente la tension (jusqu’à 500 000 volts). À partir de là, l’électricité se déplace dans des lignes de transport suspendues à des pylônes. Ces hautes tours en métal soutiennent des câbles spécialisés conçus pour acheminer de l’électricité à haute tension sur de longs trajets. Les pylônes maintiennent les lignes aériennes à une distance sécuritaire des arbres et de toute interaction avec les êtres humains et les animaux.

Préparation pour l’atterrissage : l’étape de la distribution

La prochaine escale est un poste de transformation « abaisseur » dont le rôle est de réduire la tension de l’électricité. C’est là que la tension est abaissée jusqu’à 44 000 volts environ. L’électricité se rend ensuite directement chez de grands clients industriels ou approvisionne des postes de distribution « satellites ». Dans le cas de l’électricité qui est destinée à des postes satellites, la tension est abaissée en dessous de 44 000 volts. À partir de ces postes, l’électricité circule dans des lignes de distribution jusqu’aux clients résidentiels et commerciaux ainsi qu’aux clients industriels de petite taille ou de taille moyenne.

Fin du voyage: votre maison ou votre entreprise

Encore une fois, l’électricité doit passer à une tension beaucoup plus basse (120 ou 240 volts) de sorte qu’elle puisse être utilisée en toute sécurité par les clients résidentiels et les entreprises. Pour cette dernière escale, l’électricité passe dans un transformateur abaisseur qui est soit installé sur un poteau (diagramme) pour les réseaux de distribution aériens, soit installé sur un socle en béton pour les réseaux de distribution souterrains. Ces transformateurs desservent habituellement 10 résidences ou plus.

Depuis le transformateur de distribution, un câble achemine de l’électricité à 120 ou 240 volts jusqu’à votre résidence ou entreprise. Au point de raccordement, l’électricité passe dans un compteur qui mesure la quantité d’électricité consommée, puis dans un boîtier électrique qui contient des disjoncteurs et des fusibles dont le rôle est d’empêcher le câblage intérieur de devenir surchargé.

Comme un GPS le dirait, « Vous êtes arrivé à destination. » Le voyage est terminé et votre électricité est là, à votre portée! Maintenant, vous pouvez appuyer sur des interrupteurs et brancher vos appareils préférés en toute connaissance de cause. Cette aventure vous a électrisé? Allez vite faire clignoter une lumière juste pour célébrer l’ingéniosité de l’invention de l’électricité. Nous vous invitons aussi à en apprendre davantage sur cette grande aventure en faisant une visite virtuelle des chutes de la Chaudière.

le voyage de L'HYDROELECTRICITE
Was this page useful container
Vos commentaires
Close