Braquons les projecteurs sur le Centre de santé du sein Rose Ages de L’Hôpital d’Ottawa

Personne ne veut entendre les mots « vous avez un cancer », à plus forte raison au téléphone, pendant des vacances en famille au cours du congé de mars, alors que vos trois jeunes enfants – dont le cadet n’a que 24 mois – se trouvent dans la même pièce que vous.

Or, c’est exactement ce qu’a vécu Gina Mertikas-Lavictoire il y a près de quatre ans – à l’âge de 34 ans – lorsqu’elle a reçu un diagnostic de cancer du sein agressif.

Tout a commencé lorsque Gina a senti une masse inhabituelle dans un de ses seins. En raison de son jeune âge et de l’absence d’antécédents de cancer dans sa famille, elle ne s’est pas vraiment inquiétée au début. En fait, elle a continué à vivre sa vie en surveillant ses symptômes. Comme la masse ne disparaissait pas, Gina a consulté son médecin, qui a prescrit une biopsie, une échographie et une mammographie. « Jamais en un million d’années je ne pensais que ce serait un cancer du sein », rappelle Gina.

Elle n’est pas la seule. D’après la Société canadienne du cancer, environ 80 % des cancers du sein sont diagnostiqués chez des personnes issues de familles où il n’y a pas d’antécédents de la maladie. Une femme sur huit recevra un diagnostic de cancer du sein au cours de sa vie.

Image
Gina-quote


Dès qu’elle a appris la nouvelle, Gina a décidé de ne pas laisser le cancer contrôler sa vie. Elle s’est juré de garder une attitude positive, de se battre pour guérir, de continuer à créer des souvenirs avec ses proches et de ne pas se laisser définir par le diagnostic. Entrant aussitôt en mode survie, elle a demandé à son médecin : « Quand puis-je subir une mastectomie et quand puis-je commencer un traitement? » 

Gina a amorcé son traitement à l’hôpital avant l’ouverture du nouveau centre, si bien qu’elle devait se déplacer entre les campus Civic et Général pour ses divers rendez-vous. Il va sans dire qu’elle était ravie lorsque le Centre de santé du sein Rose Ages de L’Hôpital d’Ottawa a ouvert ses portes au campus Général. Comme tous les services étaient dorénavant regroupés au même endroit, la vie des patientes s’en trouvait facilitée.

Ce centre offre des services spécialisés complets : imagerie du sein, diagnostic, évaluation des risques, planification préopératoire et soutien psychosocial pour les patientes de la grande région d’Ottawa. Et les salles de consultation sont assez grandes pour accueillir des familles entières.

En 2021, il y a eu : 

  • 5 935 consultations;
  • 1 320 nouveaux cas vus;
  • 5 505 cas pris en charge;
  • 1 087 patientes traitées par radiothérapie.

« J’ai reçu d’excellents soins à L’Hôpital d’Ottawa, explique Gina. Lorsque j’ai appris que je pourrais voir mes enfants grandir, j’ai immédiatement demandé comment je pourrais redonner au suivant. »

C’est à ce moment que le Dr Clemons, oncologue et chercheur clinique à L’Hôpital d’Ottawa, lui a suggéré de participer à des essais cliniques destinés à améliorer les soins et la qualité de vie des futures patientes ou de faire un don pour ces essais.

« Le cancer est la cause de décès la plus courante, mais seulement 3 % des patientes prennent part aux essais. Cette situation me renverse, explique le Dr Clemons. Des patientes sont désespérées d’apporter leur aide non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour leurs enfants. Elles veulent que leurs enfants reçoivent de meilleurs traitements s’ils sont un jour touchés par la maladie. »

Gina a décidé de braquer les projecteurs sur la recherche consacrée au cancer du sein à L’Hôpital d’Ottawa en vendant des calendriers de l’espoir. Elle a demandé l’aide de sa mère, Katerina Mertikas, artiste canadienne renommée. Ce sont d’ailleurs des œuvres de Mme Mertikas qui ornent le calendrier. Depuis 2018, les calendriers de l’espoir ont permis de recueillir plus de 35 000 $ pour la recherche.

Pour Gina, redonner au suivant, ce n’est pas seulement recueillir des fonds. C’est aussi participer activement aux essais cliniques : « Je suis convaincue que c’est de cette façon que l’on trouvera le traitement contre le cancer. Nous devons donc vraiment continuer d’appuyer cette démarche pour aider la prochaine génération de patients cancéreux. »

Tandis que la plupart des essais cliniques portant sur le cancer se concentrent sur l’évaluation de traitements expérimentaux dans une population de patients très ciblée, le Programme de reconception des essais cliniques (REaCT) en place à L’Hôpital d’Ottawa compare des traitements approuvés standard dans la vraie vie chez un large éventail de patients.

Le Programme REaCT est le plus vaste programme d’essais cliniques pratiques menés chez des patients atteints de cancer au Canada. Plus de 3000 patients prennent part à 16 essais cliniques menés dans 16 centres au pays.

Gina a participé à une étude portant sur un médicament appelé « filgrastim », lequel stimule la production de globules blancs qui combattent les infections. Les chercheurs ont découvert que cinq doses de filgrastim sont tout aussi efficaces que de sept à dix doses pour prévenir les infections. De plus, en observant les hospitalisations liées aux traitements, ils ont constaté que cinq doses sont plus efficaces. « Cette étude change déjà la pratique partout dans le monde, ajoute le Dr Clemons. Nos patients sont en meilleure santé. L’élimination des visites à l’hôpital inutiles leur permet de passer plus de temps auprès de leurs proches. En outre, notre système de santé économise des millions de dollars chaque année. »

Le Centre de la santé du sein transforme l’avenir des soins de santé grâce à la générosité sans bornes du milieu. En plus d’adopter une approche centrée sur le patient en matière de traitements et de soins dans une installation de calibre mondial, on y effectue des recherches de pointe qui améliorent les traitements contre le cancer et redonnent de l’espoir à un nombre incalculable de patients et à leurs familles à Ottawa et partout ailleurs dans le monde. 

À Hydro Ottawa, nous sommes honorés de pouvoir recueillir des fonds pour le cancer du sein et sensibiliser la population à cette cause en soutenant le déjeuner du PDG et en remplissant notre engagement à recueillir un million de dollars sur cinq ans pour l’aménagement d’une salle de mammographie entièrement équipée au Centre. Nous recueillons les fonds grâce au tournoi de golf-bénéfice annuel d’Hydro Ottawa auquel participent des employés, des sympathisants et des partenaires de l’industrie. Pour en savoir plus sur le soutien que nous apportons au Centre de la santé du sein Rose Ages de L’Hôpital d’Ottawa, consultez la page Web de notre campagne communautaire.

(Vidéo disponible uniquement en anglais)

Was this page useful container
Vos commentaires
Close